Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur

4.9 out of 5 stars (4,9 / 5)

Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), “la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes”.

Les patients sont les acteurs actifs de leur prise en charge, eux-seuls sont capables d’indiquer aux soignants ce qu’ils ressentent. Leur participation est essentielle pour évaluer l’intensité de la douleur et l’efficacité des traitements, médicamenteux ou non. Aucun examen, aucune prise de sang, aucun scanner ne permet d’objectiver la douleur : la parole peut être un signal pouvant faire évoluer la prise en charge.

Ils doivent donc être informés et écoutés par les professionnels de santé.
Du coté des professionnels de santé, l’expression du vécu de la douleur est étroitement liée à la conception du fait douloureux : ceux-ci sont bien souvent les premiers confrontés à la plainte du patient et donc les premiers acteurs de l’évaluation et de la prise en charge de la douleur. Cette dernière résulte d’une bonne coopération patient algique/soignant : l’adhésion et la participation au projet thérapeutique dépend de l’écoute. Il existe plusieurs types de douleur.

– Les douleurs aigües : En dépit de leur intérêt sémiologique, en tant que signe d’alarme, les douleurs aigües doivent être traitées efficacement. C’est notamment le cas pour les douleurs aigües post–opératoires et les douleurs aigües traumatiques. Un traitement rapide et efficace de ces douleurs aigües a un impact immédiat en participant au confort du patient et en réduisant les morbidités péri-opératoires et péri-traumatiques. Ce traitement est également un facteur important de prévention du développement de la douleur chronique.

– Les douleurs chroniques : Les douleurs sont considérées comme chroniques dès lors qu’elles sont persistantes ou récurrentes au-delà de ce qui est habituel pour leur cause initiale présumée (le plus souvent au-delà de 3 mois) qu’elles répondent mal au traitement et qu’elles induisent une détérioration significative et progressive des capacités fonctionnelles et relationnelles. Les douleurs chroniques les plus fréquentes sont les céphalées primaires dont la migraine, les lombalgies et les lomboradiculalgies, les douleurs neuropathiques et les douleurs arthrosiques et musculo-squelettiques. Du fait de leur grande prévalence et de leur sévérité, elles sont responsables d’un impact sociétal majeur tant en coûts directs qu’en coût indirects. Elles peuvent être également responsables d’un mésusage médicamenteux comme dans le cas des céphalées chroniques quotidiennes avec abus médicamenteux.

– Les douleurs liées aux soins : Elles sont provoquées par de nombreux soins (pansements, pose de sondes, perfusion), certains examens complémentaires (endoscopie, ponction lombaire…) ou la simple mobilisation du patient. Elles sont dites « procédurales ». Les situations qui les engendrent doivent être identifiées car elles doivent conduire à la mise en place de protocoles de prévention.

Toute douleur sous-entend deux problèmes différents : celui de la cause – le diagnostic – et celui de sa prise en charge – le traitement -.

Toutes les vidéos

Pour vous inscrire à cette formation :

1. Connectez-vous à votre espace personnel sur mondpc.fr

2. Recherchez la formation 0x00 ou consultez la fiche formation en cliquant sur le lien ci-dessous et inscrivez-vous à la prochaine session ouverte.
 
Voir la fiche formation
 
3. Après validation de votre inscription vous recevrez votre dossier de formation par email.